Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Français

Institut des Oblates du Coeur de Jésus

Accueil Actualités Les Oblates et le diocèse de Limoges

Les Oblates et le diocèse de Limoges

Les liens entre les Oblates du Cœur de Jésus et le diocèse de Limoges sont bien antérieurs à la présence des Oblates en Creuse. En effet déjà du temps de notre fondatrice, Louise-Thérèse de Montaignac, ces liens existaient. Elle avait fondé l’œuvre des « Eglises Pauvres » pour subvenir aux besoins concrets des paroisses en difficultés concernant le linge d’autel et les objets liturgiques. C’est ainsi que nous savons qu’en 1851, sur les 15 églises aidées par l’œuvre, 6 se trouvaient dans le diocèse de Limoges....

Mais concernant la présence des sœurs en Creuse, c’est en 1942, suite au départ des Sœurs de l’Enfant Jésus de Reims et à la demande de Monseigneur Rastouil comme des parents d’élèves que ces Dames de la Pieuse Union, comme on disait alors sont venues prendre la direction de l’école Ste Thérèse à Guéret. Elles y resteront 30 ans, jusqu’en 1972.

 En 1956, les Oblates  du Cœur de Jésus sont sollicitées pour prendre la direction de l’école St Louis ici à Aubusson. Elles y resteront jusqu’en 1978.

A la demande du P. Hervé de Bellefond, alors vicaire épiscopal pour la Creuse, la congrégation est sollicitée pour implanter une « communauté contemplative ouverte ». C’est ainsi que nous avons ouvert une communauté à Saint-Avit de Tardes en 1972. Cette communauté a beaucoup accueilli soit des personnes voulant faire retraite ou se reposer mais aussi des groupes souhaitant vivre un temps de réflexion ou de bilan. Les conditions de logement étaient assez difficiles aussi, en 1982, lorsque l’ancienne école de Néoux s’est trouvée à louer, la communauté a déménagé. Nous sommes restées à Néoux jusqu’en 1991.

En 1984  c’est à Crocq qu’une communauté a été ouverte, pour soutenir le curé dans sa charge pastorale puis, après le synode diocésain, pour porter cette charge avec un curé résident ailleurs. Nous avons déménagé plusieurs fois, jusqu’à habiter le presbytère à partir de 1989. Ce n’a pas été très facile au début pour la communauté chrétienne d’accepter qu’il n’y ait plus de prêtre résident à Crocq. Puis le presbytère est devenu le lieu d’accueil, de rassemblement pour le relais paroissial, si bien que lorsqu’en 2010, l’abbé  Pierre Morin et le conseil pastoral ont demandé aux sœurs de venir habiter Aubusson, les crocquants n’ont pas été ravis.

Ce n’est pas sans émotion que nous nous souvenons, même si c’est ancien de Sr Marie-Gabrielle Mayet qui dirigeait, de main de maître l’école Ste Thérèse de Guéret.

Ici à St Louis, nous nous souvenons de Sr Marie-Thérèse Favre et de son souci d’arriver à ce que les plus démunis obtiennent leur certificat d’études, ses petits bacheliers comme elle les appelait affectueusement ; de Sr Rémicia Tal, martiniquaise, que les tous petits appelaient la sœur chocolat.

A St Avit, à Néoux nous revoyons Sr Germaine Dessolle sillonner la campagne avec sa 2CV pour aller encourager, réconforter les familles en difficulté, faire le catéchisme aux enfants les plus éloignés, souvent accompagnée de Sr Héloïse.

A Crocq, Sr Marie-Thérèse Caucat a laissé un souvenir inoubliable, arpentant le relais pour aider les chrétiens à un peu mieux entrer dans les décisions du synode nouvellement terminé.

Enfin  nous pensons fort à Sr Aline et à son ardeur missionnaire en particulier concernant le SEM.

La liste serait encore longue de toutes celles qui ont vécu plus ou moins longtemps au service des communautés chrétiennes de Creuse.

Nous prenons aussi ce matin affectueusement dans notre prière nos ainées bien connues de vous qui sont à la communauté d’Ecully, Sr  Marguerite Pinchon, Sr Elisabeth Anselme, Sr Yvonne Charbonnier, Sr Alice Répussard, Sr Monique Clayenx, et mais aussi Sr Marie-Véronique Bayle, Sr Maria, Sr Annie Letard  

 Aujourd’hui, nous mettons un terme à cette histoire et croyez bien que  c’est vraiment par manque de moyen.  Celles, présentes ici ce matin, qui ont vécu parmi vous sauront vous dire leur reconnaissance pour ces belles années.